Envoyer

1) Quel processus pour joindre l’armée après avoir fait son aliyah ?

L’armée donne un sursis d’environ 12 mois aux nouveaux immigrés avant de joindre l’armée. Cette année est censée être utilisée pour s’habituer et s’adapter à votre nouvelle vie en Israël.

Cela dit, si vous voulez joindre l’armée plus tôt, vous pouvez envoyer un fax à l'unité de recrutement (dénommée familièrement "bakoum") au 03-7388880, avec toutes vos informations personnelles (nom, date de naissance, tz, date d'aliyah) et une demande de rapprocher votre date d'entrée à l’armée.

Assurez-vous que le fax a été reçu au *3529 et attendez la réponse dans les 2-3 semaines qui suivent. Si vous ne recevez pas de réponses (ou que vous êtes hyper pressé) vous pouvez vous rendre sur place au bakoum (l’armée a des bases de recrutement dans plusieurs villes; pour découvrir celui près de chez vous – contactez-nous ou apeller le *3529) et insister à ce qu'on vous donne une date de tsav richon (la première interview auprès de l’armée).

Mais attention ! ne faites cette démarche uniquement si vous êtes sur de le vouloir. Vous ne pourrez pas le regretter ensuite.

 

2) Mahal – qu’est-ce que c’est ?

Mahal aide les jeunes hommes (18-23 ans) et les femmes (18-20 ans) juifs étrangers (non-israéliens) à s’enrôler dans l'armée israélienne.

Les soldats qui s’enrôlent à travers Mahal doivent servir 18 mois à l’armée. Seuls les non-israéliens, qui sont en Israël moins de deux ans, peuvent faire Mahal.

Les personnes dont les parents sont israéliens mais eux-mêmes ne le sont pas, doivent contacter Mahal pour voir si ils peuvent joindre le programme.

Les personnes qui veulent rejoindre Mahal peuvent contacter Mahal de l’étranger, environ quatre mois avant la date ou ils veulent joindre l’armée et devront ensuite arriver en Israël environ deux mois avant leur entrée à l’armée.

Mahal a aussi une option pour hommes religieux, ou ils étudient pendant 6.5 mois à la yechiva et ensuite font 14 mois d’armée (total de 21 mois).

 

3) Quel processus pour joindre l’armée en faisant Mahal ?

Environ 3-4 mois avant la date ou vous voulez joindre Mahal (vérifiez à l’avance les dates auprès de nous!!), contactez Mahal par mail ou par téléphone (03-6084502/6, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ).

Assurez-vous d’avance d’avoir un certificat de judaïcité d’un rabbin français ou du consistoire, un certificat de naissance, un certificat médical en ordre et un passeport avec visa de touriste en ordre.

Vous serez invité aux bureaux de Mahal pour remplir les papiers nécessaires et ensuite pour des interviews. Si votre niveau d’hébreu est assez bon, on vous demandera à ce moment de choisir des positions qui vous intéressent (l’armée tient compte de vos désirs en vous assignent à une position, mais elle doit bien sûr d’abord tenir compte de ses priorités). Si tout est en ordre, vous pourrez intégrer l’armée dans les quelques semaines / mois à venir.

 

4) Qu’est-ce le tsav richon et comment il se déroule?

Le tsav richon veut dire premiere convocation. Apres avoir fait votre aliyah, vous avez un sursis de 6-12 mois pour vous organiser en Israël, mais après cette période l’armée vous enverra par la poste une convocation pour des tests d’entrée à l’armée. Pour cette raison n’oubliez pas de garder votre adresse au misrad hapnim à jour! La convocation contient l’heure, la date et l’endroit du tsav richon. En outre, elle contient un code personnel, avec lequel vous pourrez entre autre accéder à votre compte personnel sur le site de l’armée, donc assurez-vous de ne pas le perdre !!

Cette journée de convocation représente votre première rencontre avec l’armée donc il est très important de la prendre au sérieux. Durant cette journée vous passerez des différentes étapes qui permettront à l’armée de vous connaitre (parfois certaines personnes n’arrivent pas à terminer le tout en une journée et dans ce cas elles reviennent le lendemain pour terminer les étapes restantes). Les étapes à remplir :

  1. Un test d’hébreu, que vous pourrez refaire 6 mois plus tard si votre niveau s’améliorera.
  2. Un examen et un questionnaire médical. L’armée veut savoir si vous êtes en bonnes santé et connaitre votre passez médicale, et non voir si vous êtes sportif.
  3. Des examens psychotechniques. Attention ! Les examens psychotechniques ne se passent qu’une seule fois et ne peuvent être repassés sous aucun prétexte !  ces examens aident l’armée à déterminer vos capacités mentales et donc ils affecteront directement la position que vous recevrez à l’armée. Etant donné que cet examen est important, vous pouvez demander à le passer en français ou en anglais si vous le préférez (sans être pénalisé). L’examen comprend une série de jeux de logique et de mémoire, des maths faciles (niveau 4e au plus). Il n’y a pas vraiment de façon de se préparer à cet examen sauf de bien dormir la veille et venir motivé.

 

5) Qu’est-ce qui se passe après le tsav richon ??

Quelques jours après avoir passé le tsav richon, vous pourrez voir vos résultats sur internet grâce à votre code personnel (au site https://www.aka.idf.il/main/giyus/ (.

Pour les non-combattant/es il y aura une journée d’examens de plus à passer normalement (voir plus bas dans la question sur comment choisir sa position non-combattante).

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez du mal avec le site internet en hébreu !

Si votre hébreu est assez bon ne pas aller à Mihve Alon (voir plus bas), vous pourrez voir sur le site la liste des positions qui vous sont offertes et un questionnaire (intitulé « manila ») que vous devrez remplir pour indiquer les positions qui vous intéressent. Après quoi, il est possible que vous receviez des convocations à la maison pour des tests plus poussés (surtout les filles). En fin de compte, on vous annoncera probablement votre position quelques jours avant de commencer l’armée (parfois cela se fait le jour même d’entrée à l’armée). Si vous êtes censé aller à Mihve Alon, vous ne découvrirez pas votre position avant d’avoir commencé l’armée (voir plus bas, section Mihve Alon). Si vous avez des questions pendant le processus, vous pouvez toujours appeler l’armée au 03-7388888 ou au *3529.

 

6) J’ai un problème avant l’armée – à qui je me tourne ?

Tout d’abord appelez le bureau de préparation à l’armée au 03-7388888 ou au *3529. Si vous êtes futur hayal boded (voir plus bas), vous pouvez appeler aussi la hotline de l’armée, ouvert 24h/ 24 au 03-7375200. Si votre problème persiste, n’hésitez pas à nous contacter et on sera content de vous aider au mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou sur notre page Facebook.

 

7) Qui est hayal boded ?

Une personne qui ne vit pas à la charge de ses parents. Cela se peut pour plusieurs raisons. Certains hayalims bodedims sont des soldats dont les parents vivent à l’étranger. D’autres ont perdu leurs parents. La troisième catégorie de hayalims bodedims s’agit des soldats dont les parents vivent en Israël, mais qui, pour de raisons différentes, ne peuvent pas dépendre financièrement d’eux.

Ce statut bureaucratique permet à ces soldates d’avoir de l’assistance de l’armée, dût à leurs situations spéciales. Les soldats dont les parents vivent à l’étranger sont en général reconnus comme hayalims bodedims encore avant l’armée.

Si l’armée rate un soldat, il pourra signaler son statut personnel à l’armée pendant son interview avec les services sociaux de l’armée pendant sa première semaine à l’armée. Tout argent qui lui est dût lui sera rendu rétroactivement.

 

8) Quels sont les droits spéciaux des hayalims bodedims ?

Les hayalims bodedims ont de nombreux droits dans de nombreux domaines. L’essentiel des choses :

  1. Un double salaire mensuel.
  2. Un logement – les options sont détaillées plus bas.
  3. 30 jours de vacances en plus des vacances habituelles de chaque soldat, pour visiter sa famille à l’étranger ou pour les voir quand ils viennent en Israël. A partir de la deuxième année de service, chaque soldat a droit à un billet d’avion (ou une partie d’un billet) subventionné.
  4. Un jour de permission de plus, une fois tous les deux mois pour faire les courses nécessaires (dans de nombreuses unités les soldats reçoivent cette journée chaque mois).
  5. Des bons d’achats – avant Pessah et Roch Hachana. De plus, 120 Nis une fois par mois pour les courses dans de nombreux supermarchés.
  6. 50% de réduction sur votre compte d’électricité.
  7. 100% de réduction sur la charge de municipalité (arnona) pour les premiers 70 m2 de votre appartement (du moment que vous déclarez à la municipalité que vous en êtes le locataire).
  8. 150% du montant de votre salaire chaque jour à partir du premier jour de maladie, après avoir été déclaré malade pendant 3 jours de suite.

 

9) Quelles sont les options de logement pour les hayalims bodedims ?

Il y a plusieurs options de logements. En tant que hayal boded, on est assuré de recevoir une des options suivantes, même si certaines options sont plus difficiles à obtenir. Pour bénéficier de ses aides, il suffit d’être reconnu avant l’armée comme soldat isolé (une procédure qu’on fait aujourd’hui en général avant l’armée pour que dès le premier jour à l’armée chaque soldat ait déjà tous ses droits). Les options:

  1. Recevoir une somme d'argent chaque mois (en général 1046 Nis) pour louer soit même une chambre. Cette somme ne suffit pas en général pour couvrir une chambre dans un appartement de colocataires, mais c’est déjà un début. On peut dès le premier jour à l’armée, commencer à recevoir cette somme, du moment que le contrat de location vous mentionne personnellement et que vous apportez à l’armée aussi une facture des charges de municipalités (arnona).
  2. Etre hébergé dans une famille. Là, ça dépend des caractéristiques des familles qu'on cherche (par exemple dans quelle ville l'on veut habiter, niveau religieux, etc.), mais normalement il y a énormément de familles motivées pour héberger des soldat/es.
  3. Des appartements d'organisations de volontariat (agudah leman hayal, ou Habayit Chel Benji, un immeuble à Ranana avec des appartements et des services pour hayalims bodedims, de très haut niveau, http://www.benjihillman.org/) ou une chambre dans un kibboutz (contactez Tsvika Levy 052-2722440. Bien entendu, il y a des options de logement dans les kibboutzs religieux et non-religieux. Pour l'option d'appartement d'une organisation, on reçoit une chambre dans un appartement avec d'autres colocataires du même sexe (que vous ne choisissez pas- l'organisation les répartie). Là, parfois il faut attendre ou appeler plusieurs fois car le nombre d’appartement est limité (contactez 072-2702232 pour vous inscrire).
  4. Un logement dans un des logements civils de l’armée (le bet hayal). Bien que ça ne soit pas conseillé comme situation à long terme (car de nombreuses personnes qui vivent dans ces immeubles ne sont là que pendant la semaine ou pour quelques jours et donc l’ambiance n’est pas celle d’une maison). Néanmoins ceci peut servir de bonne option temporaire ou d’option d’urgence (pour les adresses, consultez le http://www.awis.org.il/?categoryId=98910).

Pour l'option d'hébergement dans un kibboutz ou dans une famille, on peut s'en occuper même avant d'entrer à l'armée, après avoir fait le tsav richon (la première interview avec l’armée). Pour les appartements de l'armée c'est plus dur de préparer avant l'armée car il y a moins de places que de personnes qui en veulent une. Normalement, on peut demander à recevoir un logement temporaire dans un des logements civils de l’armée (bet hayal) et ensuite être transféré quand une place se libère dans un dans ces appartements.

 

10. Quelles sont les options combattantes pour femmes et comment y accéder?

Les filles qui veulent être combattantes doivent avoir une bonne santé physique (ça n’est pas grave si vous n’êtes pas en superbe forme sportive car vous aurez les entrainements nécessaires une fois à l’armée). L’armée a de nombreuses options combattantes pour filles – pilotes, combattantes dans l’artillerie, la défense de l’air, combattantes dans l’unité canine de l’armée, dans les renseignements etc.

Pour être combattante à l’armée, il faut le vouloir. Il faut donc le demander dans le questionnaire à remplir sur internet (intitulé « manila ») après le tsav richon à être combattante. A ce moment-là, vous devrez passer un examen de sélection physique (un guibouche), comme les garçons qui veulent atteindre les unités d’élite. Si vous seriez prise, vous devrez normalement faire trois ans de service.

 

11. Est-ce que je peux choisir ma position de combattant? Comment le faire ?

Les garçons qui ont une bonne santé (chose que l’armée détermine durant le tsav richon, qui inclut une visite chez le médecin, voir plus haut) sont classés automatiquement à être combattants (certaines exceptions existent pour les garçons à qualifications exceptionnelles, comme ceux qui parlent le persan par exemple, ou ceux qui font atoudah- un programme ou l'on fait une licence avant l’armée, ou certains programmes élites dans les Renseignements). L'armée a de nombreuses unités combattantes, dont certaines nécessitent des tests et d’autre non. Chaque soldat a la possibilité de signaler ses désirs à l’armée. Ceci se fait sur le compte personnel du futur soldat sur le site internet de l’armée (voir plus haut). Sur le site, chaque futur soldat doit choisir 3 unités qui l'intéressent le plus. De plus, il doit remplir (sur son compte personnel sur le site de l’armée) un questionnaire plus long ou il doit déclarer entre autres, s’il veut être envoyé à des tests pour les unités d'élites. L'armée tient compte des désirs du soldat et normalement le place dans une des 3 unités qu'il a demandées. C'est donc très important de remplir le questionnaire! Si vous l’avez demandé, et que l’armée a déterminé que vous avez le niveau nécessaire, vous recevrez par la suite des invitations à des tests pour des unités d’élite. Plus tard, vous recevrez une date d'entrée à l'armée (et l'annonce de l'unité qu'il va intégrer). Tout olé (nouvel immigrant), passe d’abord par la base Mihve Alon avant d'être envoyé à son unité pour la tironut (les classes- l'entrainement premier que chaque soldat fait). Un soldat avec un faible niveau d’hébreu ira pour 3 mois à Mihve Alon tandis qu’un soldat avec un niveau correct n’y va que pour 3 semaines. Chaque unité a un entrainement de base (la tironut) et des entrainements spécifiés à leurs activités. Certains soldats durant leurs formations sont envoyés à des formations plus poussées (par exemple de conducteurs, de tireurs d'élites ou de secouristes). Après la formation, les soldats se joignent à l'activité opérationnelle de l'unité. De nombreuses unités spécialisées font des gardes et des patrouilles sur les frontières du pays et seulement en temps d'urgence pratiquent leurs spécialités. Par exemple l'unité de secourisme fait des patrouilles sur les frontières quand il n'y a pas de secourisme à faire. Certains soldats peuvent choisir de faire une formation de commandants ou d’officiers. Parfois pour les faire, ils doivent demander à rester plus de temps à l’armée.

 

12. Comment choisir notre position (non combattant/es) ?

L’armée publie des brochures chaque année des positions pour filles et pour les garçons qui sont désignés pour être non-combattants. Pour la traduction en français – contactez-nous. Nous suggérons que plutôt que de vous demander si la position est « lucrative » ou non, vous choisissiez la position après avoir déterminé les caractéristiques qui vous intéresse – dormir à la base ou à la maison, une position qui comporte des éléments physiques / analytiques/ dans un bureau/ avec des gens, un service de longueur normale ou un service plus long, etc. Les personnes qui sont désignées pour ces positions reçoivent après leur tsav richon une convocation pour un jour d’examen plus poussés, le « yom hamea ». Durant cette journée, elles passeront des tests de connaissances générales (par exemple remplir les grandes villes dans une carte vierge d’Israël), des interviews et des discussions de groupes et personnels. Après avoir reçu les scores de cette journée, vous aurez à remplir un questionnaire avec vos préférences professionnelles à l’armée. Dans certains cas, vous serez peut-être invités à des tests supplémentaires. En fin de compte, on vous annoncera probablement votre position quelques jours avant de commencer l’armée (parfois cela se fait le jour même d’entrée à l’armée). Si vous êtes censé aller à Mihve Alon, vous ne découvrirez pas votre position avant d’avoir commencé l’armée (voir plus bas, section Mihve Alon). Si vous avez des questions pendant le processus, vous pouvez toujours appeler l’armée au 03-7388888 ou au *3529.

 

13.  Je ne parle pas bien hébreu, est-ce que ça pourra poser un problème ?

L’armée a un oulpan dans la base de Mihve Alon. Lors de la première convocation (tsav richon) de chaque futur soldat, il fait un examen d’hébreu qui détermine son niveau d’hébreu. Si son niveau est faible, il sera envoyé dès son entrée à l’armée à Mihve Alon pour une formation de 3 mois durant lesquels il suivra un oulpan d’hébreu ainsi qu’un des cours d’introduction à l’armée, des visites du pays, etc. Pour les non-combattants, le niveau d’hébreu est un des facteurs qui déterminent la position à laquelle ils sont affectés (avoir un niveau d’hébreu moyen n’empêche pas les gens d’être combattants mais l’armée ne va pas placer quelqu'un dans une position d’instructeur si il ne parle pas hébreu), et donc les non-combattants ne seront pas affectés à une position avant l’armée s’ils doivent aller à Mihve Alon. A la place, vers la fin de l’oulpan, ils repasseront le test d’hébreu qu’on passe normalement durant le tsav richon. Ensuite, ils pourront passer des tris pour déterminer leur position à l’armée.

 

14.  Je suis une fille religieuse et je cherche un cadre orienté à mes besoins, que faire ?

L’armée fait de son mieux pour accommoder les filles religieuses dans toutes les positions. Toutes les bases de l’armée par exemple sont cacher, ont une synagogue (si elles sont assez grandes), chacun peut demander à recevoir des plats Glatt-cacher, faire une pause durant la journée de travail pour prier, porter des jupes (dans les positions qui ne nécessitent pas du travail physique). L’armée emploie des rabbins qu’on peut consulter sur tous ces sujets. Il faut dire que toute l’armée ne travaille pas le shabbat (sauf en cas de nécessité opérationnelle, qui est permise pendant le shabbat). Donc de ce point de vue, l’armée fait tout pour être adaptée aux soldats religieux.

Si vous vous posez des questions, il y a une organisation, nommée Alouma, qui s’occupe d’aider les filles religieuses à intégrer l’armée et à trouver une position qui est adaptée à leurs besoins religieux (par exemple si vous êtes religieuse et cherchez une position qui ne nécessite pas du travail physique, ou autrement adaptée à vos besoins, ou si vous cherchez à être dans une unité avec d’autres filles religieuses). L’armée a aussi un bureau qui aide cette population. Contactez-nous pour qu’on vous mette en contact avec les volontaires francophones d’Alouma.

 

15.  Est-ce que c’est possible de raccourcir Mahal à 14 mois ?

Non, dans le passé, Mahal n’était que 14 mois, mais ça n’est plus le cas.

 

16.  Ou trouver les dates d’entrée à l’armée ?

Ces dates ne sont pas publiées car elles changent en fonction de la position que le soldat va avoir à l’armée. Cela dit, pour les garçons combattants il y a quatre grandes périodes de début d’armée- en Novembre, Mars, Aout. Pour le reste, contactez le bakoum pour plus d’infos au 03-7388888 ou au *3529.

 

17.  L’armée verse-t-elle une solde aux soldats ? est-elle différente pour les hayalims bodedims ?

Oui l'armée verse une solde aux soldats. La somme exacte dépend du niveau de risque de la position du soldat et de sa situation personnelle (par exemple pour un soldat marié, ou un soldat dont les parents vivent à l'étranger ou qui vient d'une famille en situation de précarité, le montant sera plus élevé). Une solde de base pour un soldat consiste de quelques centaines de NIS (on parle de la hausser dans les mois prochains), et peut arriver à plusieurs milliers en fonction de la situation personnelle du soldat. Un soldat dont les parents vivent en Israël est reconnu comme « hayal boded » (soldat « isolé) et reçoit automatiquement le double du salaire recevrait si ses parents vivent en Israël (vois question plus haut). De plus, il a droit à une bourse mensuelle d’environ 1046 Nis chaque mois, s’il loue un appartement. Les nouveaux immigrés dont les parents vivent à l’étranger ont droit à une somme de quelques centaines de Nis du ministère d’absorption (le misrad haklita) et du ministère du logement (le misrad hachikoune).

 

18.  Est-ce qu’on reçoit une somme aussi après l’armée ?

En terminant l’armée, les soldats reçoivent deux sommes différentes : la première est une somme qu’ils peuvent utiliser pendant 5 ans après l’armée uniquement pour ouvrir une compagnie, des études (le coût de l’école, les psychos, une formation professionnelle), acheter un logement ou pour se marier. Cette somme peut être tirée de toute banque israélienne en montrant un document qui prouve que vous allez utiliser la somme pour une dépense permise. Après cinq ans, chaque soldat peut retirer le restant de sa bourse et en faire ce qu’il veut. La deuxième somme est d’entre environ 7,000-15,000 (en fonction de la durée de son service et le niveau de danger de la position du soldat) que le soldat reçoit dans les deux mois après avoir terminé l’armée.

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com